Des pâtes, encore des pâtes….Nicolas

… bon déjà un anniversaire qui se termine à 1h vendredi soir (ou plutôt samedi matin). Départ de Mennecy à 8h avec Eric et Hervé, y avait mieux comme nuit d’avant course … alors toute la journée de samedi a été un peu speed, j’étais sur la réserve : tenter de prendre du sommeil, récupérer les dossards, préparer ses affaires, se rendre au départ des navettes pour saint Etienne … juste à temps après 3 changements de métro car le tram était en panne, déguster une très bonne pasta party réservée le soir même (ça fait du bien de manger chaud) … et puis finalement s’habiller, confectionner son tuyau antigel (merci Thierry !), revêtir une combinaison de cosmonaute pour se protéger du froid en attendant le départ (merci Lionel !), attendre … nous sommes dans la 6e vague ! et enfin le DEPART!!!

Nous partons à 9, au bout de 3 km le groupe se scinde en 2, je continue avec Eric C, Jocelyn et JC. Les premières neiges, Jocelyn et Eric enfilent leurs chaines, je les attends et nous repartons, Jocelyn avance bien, nous nous retrouvons tous au 1er ravito à St Cristo : magnifique paysage de chalets illuminés dans un environnement enneigé ! ça se bouscule sous la tente chauffée, nous repartons à 4, Jocelyn a un problème de fixation de chaîne, je continue avec JC. Mes sensations sont très bonnes, je fais attention de ne pas aller trop vite, puis je continue seul, JC avance un peu plus lentement. Il reste environ 54 km à parcourir, ma montre ne me servira pas pour les distances, à 16 km elle indiquait 9 km (à l’arrivée ce sera 35 km !!). Je prends du plaisir à courir dans cette atmosphère nocturne, neigeuse, un peu magique … les parcours sont variés, routes, chemins de terre, chemins enneigés, c’est très agréable … Pas de douleurs, je n’ai ni chaud ni froid, je continue à mon rythme, je retiens la leçon diététique : Duo  chocapics/camembert  😆 c’était pour l’entraînement ! Maintenant place à la grande diétiétique ! barres aptonia, pains sucrés de Lionel (merci !) aliments sucrés et salés récupérés aux ravitos et REGULARITE : toutes les 30 min, boisson et aliments, cela rythmera ma course ! La nuit, le temps passe différemment, il est déjà 3h, 3h30, …  la nuit avance. Lors des montées je marche activement, dans les descentes je file, prenant du plaisir, retrouvant des sensations de descentes à Mondeville, slalomant entre les concurrents plus lents … mais cela a ses limites, surtout dans les zones verglacées très dangereuses … heureusement pas de bobos pour moi, 2 petites glissades. Les ravitaillements se succèdent , j’y reste 2-3 min … le jour se lève, assez vite, il reste encore environ 20 km, ça commence à être peu plus difficile pour les jambes, mais ça reste très supportable.

La ville arrive, les côtes urbaines sont très ardues, enfin la dernière descente. Je croise Peggy, Chrystel, Sylvie et Malik, ils m’encouragent, ça fait super plaisir ! !! Et enfin l’arrivée après 1 dernier kilomètre un peu long ! 9h47 !! Très belle course !! Je n’ai pas ressenti de fatigue mais elle commence à arriver ! J’ai très faim ( 2 plats de pâtes en 4h) et je suis très heureux de voir arriver mes camarades ravis d’être comme moi Finisher de cette saintélyon 2017 hivernale !

Une très belle aventure vécue avec des supers bargeots et bargeotte de Courir à Mennecy. Merci à eux ! Et maintenant un peu de repos … en attendant la prochaine !

Lionel ….pourtant je chausse du 47!!!

et il se nourrit aussi de pâtes 😆 

 

 

C’est par là !!!

Mes compagnons ont déjà dit beaucoup de choses et ont bien décrit cette aventure enrichissante mais difficile. Pour ma part l’avant course a été un grand stress que j’ai réussi à dissimuler….enfin je crois. Le départ fût une délivrance.

Je cherche en permanence mes bargeots et la feignasse…on ne voit rien tellement il y a du monde et pourtant j’ai ma super frontale. Lorsque j’ai senti le verglas sous mes pied ce fût la panique, Thierry est tombé devant moi et je suis tombé sur lui…. aucun mal et on s’est marré.

Au bout d’un moment je me suis retrouvé seul et j’ai retrouvé Hervé qui m’a aidé à mettre mes Yaktrax. Il est super zen… nous nous arretons même autour d’un feu pour discuter avec des locaux.

La nuit est longue et froide…à un  ravitaillement je retrouve Thierry et Katia qui m’attendaient comme toujours…le jour s’est levé … je sais plus vraiment j’avais le cerveau au fond de mes chaussures et je chausse du 47. A 14 kms de l’arrivée ma douleur aux genoux se fait sentir et je commence à ne plus pouvoir courir.., j’ai froid et mal au ventre. J’ai appelé Daphnée qui m’a dit que meme en rampant je dois passer l’arrivée… le plus dur est derrière moi.

J’ai vu Malik et Sylvie puis Peggy un peu plus loin…. ils m’ont aidé à finir car j’avais vraiment envie de laisser tomber.

Quelle satisfaction de franchir la ligne d’arrivée. Vidé mais super content d’avoir vécu cette aventure.

Merci à tous, je ne l’aurais pas fais tout seul et merci à la Présidente de m’avoir interpellé un dimanche matin dans le parc pour faire partie de cette belle famille qui est « Courir à Mennecy ».

C’était il y a qq mois….de Jocelyn

Pour moi aussi, difficile de n’écrire que quelques lignes, tant cette nuit à été longue et intense, voici donc mon résumé :

Tout a commencé il y a quelques mois, lorsque je soumet l’idée de participer à la SaintéLyon, idée qui me trotte dans la tête depuis un moment. L’idée fait son chemin est c’est 7 bargeots et une bargeot/feignasse qui vont se joindre à l’expédition, plus 4 accompagnateurs.

Après de longues semaines de préparation, nous voilà tous au départ, malgré une météo plus que capricieuse et des conditions climatiques difficiles. (« Une vraie SaintéLyon » dixit l’organisation). Nous partons donc tous ensemble vers minuit trente mais très vite, notre envie de partir ensemble et d’arriver ensemble est mise à mal, le groupe se scinde en deux dès les premiers kilomètres. La neige, le froid, les descentes verglacées, le vent par moins dix degrés, la fatigue, la nuit, … mettrons nos corps à rude épreuve et poussera notre mental dans ses derniers retranchements. La nuit sera longue, très longue.

De mon côté, je perds mes deux « locomotives », JC (le pote d’Eric C) et Nicolas, ainsi qu’Eric C, avec qui nous nous étions arrêté pour mettre nos Yaktrax, mais ma Yaktrax droite décide de se faire la belle. Une fois réglé mon problème de traction, je reprends ma route en espérant les retrouver au prochain ravitaillement, que nenni… … me voilà donc tout seul (enfin, de Courir à Mennecy), pour des dizaines de kilomètres…plus de 50km en fait.

Mise à part la douleur persistante mais supportable côté gauche (sciatique depuis quelques mois), et le poids du Camelback, (trop chargé en nourriture et accessoires inutiles/inutilisés), je poursuis ma route bon an, mal an.

Le décor est super, les paysages neigeux magnifiques sous les lueurs de la lune. J’ai le plaisir de retrouver mon petit ninja violet (pour paraphraser Thierry) dont le soutien sans faille tout au long de la nuit, (oui pour Peggy aussi ce fut une nuit blanche), ainsi que Malik, Sylvie et Christel, ceci me portera jusqu’à cette arche tant attendue, après 72km, où plutôt 74km d’après nos montres GPS…

Cette arrivée a été pour chacun d’entre nous, forte en émotions, qu’elles qu’en soit les raisons, douleurs, fatigue, froid, retrouvailles, … et restera gravée à jamais dans nos mémoires.

Place au repos bien mérité maintenant.

/Jocelyn

La Stélyon Eric C

Bon c est un peu plus que 6 lignes Mais c est difficile de faire moins tellement ce fut intense .
Nuit Magique ( enfin j me comprends ) comme dirait une certaine Catherine L ! Départ à 00.23 précises après plus de 50 min d attente dans le SAS à Sainté
Debut de course tranquilou après 25 kms Ca se gâte une douleur irradie Mon quadri de façon intermittente ( Punaise il reste qq kms qd même 😩😩) ! Faux mouvement ou depart a froid je me pose encore la question !! Ouais mais faut avancer pèpère 😪😪
Au km 42 je perds mon fidèle binôme Jean Christophe dont le soutien m’avait permis de terminer le Marathon du Mont Blanc en Juin dernier! Il abandonne épuisé par une sciatique et par les conditions de course plus que limites à certains endroits ( descentes verglacées ) je suis dégoûté 😪.
Mais, au même moment Ma bonne étoile m envoie Une Feignasse et 3 bargeots  ( lionel Hervé et Thierry ) Pour me permettre d arriver au bout . La douleur reste présente je serre les dents
j ai du mal il reste plus de 25 kms Lionel m offre un Doliprane qui fera effet bien plus tard.
Au kms 62 un ancien Runner mennecois me fait la surprise de m’accompagner sur les derniers kms Avec Barjeots et Barjette ca sent le finish encore une dernière Côte puis enfin le fameux panneau Arrivée 1 kms je remotive la Feignasse en chef ! La douleur s est atténuée
1000 m Katia on y est !!
Ouais sauf que ces 1000 derniers mètres ils devaient en faire 3000 à moins que le préposé au panneaux ai prit une biture la veille  😩😩😩
L’ Arche est ENFIN en vue je suis FINISHER ! Arrivée ÉNORME Avec Hervé dans la Halle Tony Garnier gavée de supporters c’était Topissime ( enfin j me comprends 😂😂)

Un Grand Merci à mes compagnons d un Soir pour leur soutien et pour cette tranche De Vie qui restera longtemps dans ma mémoire.

Éric CHRISTOPHE

« Docteur Jekyll et Mister Hyde » d’Eric D

Celui qui nous a fait le plus peur car pendant que nous suivions le « live », les heures défilées devant notre écran

Cette fois ci je ne serai pas le dernier!!!
 
Pour résumé la course, ce fut comme le docteur Jekyll et mister Hyde…
Je commence par mister Hyde. Avec mes 4 compagnons de chambrée nous sommes partis pour prendre la navette jusqu’à Saint-Etienne. Hélas, il y a eu une panne de tramway et nous étions à 15 minutes de la dernière navette. Nous avons été obligé de prendre le métro, de changer de ligne tout en courant dans les couloirs. Nous sommes quand même parvenus à temps. Le voyage s’est bien déroulé et l’attente dans le gymnase aussi.
A 23h30 nous sommes sortis pour prendre le départ. Sans le savoir nous étions dans la vague 6 (la dernière) et nous avons attendu 01h00 sous une température de -1 (mes jambes étaient tétanisées). Pour moi, ce fût le début d’une très longue nuit…
A partir du 16ème kilomètre j’ai ressenti des crampes au mollet droit puis au mollet gauche. C’est le moment où j’ai laissé filer mes camarades (avec pour seule maxime: « je vous reverrai sur la ligne d’arrivée quoi qu’il arrive)… J’ai géré au mieux les crampes en marchant (beaucoup) et en trottinant. Heureusement il y a eu le ravitaillement pour me ressourcer.
Hélas 3 km après le ravito, le tuyau de mon camelback a gelé. J’ai couru et marché pendant 12 km sans boisson avec une température avoisinant les -10 degrés et sous la neige.
Je n’avais pas encore atteint le plus dur. Au 38ème km arriva une belle et grande descente jusqu’au ravito du 41 km. Les crampes étaient toujours plus fortes et la descente fût un enfer pour moi. Le sol était verglacé et les chutes des coureurs furent nombreuses. Pour ma part, trois, avec des bobos aux fesses, au poignet gauche et une magnifique crampe sur toute la jambe droite. Résultat: j’ai mis presque 50 minutes pour descendre. A j’ai oublié… ma lampe frontale s’est arrêtée au milieu de la descente!!!! La totale.
Quand je suis arrivé au ravito, il y avait 3 cars pour les coureurs qui abandonnaient. Je suis resté 10 minutes à les regarder. mais j’ai décidé de continuer. Avec le jour qui arrive je me refait un peu la cerise et j’arrive au ravito du 52 km avec le moral.
Mais quand je repars, les jambes ne répondent plus, les crampes sont persistantes… Je décide de marcher et cela sera jusqu’au bout… 22 km avec comme plat de résistance une montée à 18% à 7km de l’arrivée et 200 marches à descendre à 2km de l’arrivée.
Maintenant le côté docteur Jekyll. La franche rigolade avec mes amis de courir à Mennecy (ah les blagues carambar de Katia… magnifique). La traversée de beaux paysages. Des bénévoles au petit soins lors des ravitaillements. Mais surtout des rencontres humaines. Car pendant mon périple, il y a un coureur qui s »est arrêté pour stopper mes crampes dans la fameuse descente. Il est resté avec mois 15 minutes et il m’a donné son bidon d’eau.
Le plus important, fût ma rencontre avec Nicolas, un gars d’Aix en Provence, que j’ai croisé au 53ème km et qui était cramé comme moi, même plus. Nous avons fait la fin de la course ensemble en se motivant tout le temps. Il a fini avec des bâtons pour le soutenir, mais il est arrivé au bout. Nous avons franchi la ligne d’arrivée ensemble et nous nous sommes enlacés. Nous étions arrivés dans les délais. C’était une vraie victoire.
Enfin un énorme merci à Sylvie et Malik pour être venu à ma rencontre à 7km de l’arrivée. Cela fait un énorme bien de voir des amis et de pouvoir penser à autre chose que nos douleurs.
Maintenant que la course est terminée, je suis heureux de l’avoir fait. Tout cela c’est grâce à courir à Mennecy qui m’a permis de me dépasser toujours plus.
Mais le plus important que je retiendrai de cette course, c’est l’humain. Il ne faut pas l’oublier. C’est quand nous sommes dans le dur que la course prend son plus bel éclat.
Eric D

La folle nuit de 8 bargeots « Courir à Mennecy »

Le mythique raid nocturne entre Saint-Étienne et Lyon, doyenne des courses d’ultra est devenu un véritable phénomène et la plus grande course nature de l’hexagone en terme de participants. Courir la nuit, au cœur d’un immense ballet de frontales sur les crêtes des monts du Lyonnais est toujours, quelles que soient les conditions météo, synonyme de magie. Y participer un jour fait partie des grandes étapes qui jalonnent le parcours d’un coureur à pied.

file:///C:/Users/Maison/Downloads/telechargez-le-supplement-en-cliquant-ici.pdf

Pendant la nuit du 2 au 3 décembre pendant que nous étions bien au chaud dans les bras de Morphée, 8 courageux, euh pardon!!! 1 courageuse accompagnée de 7 bargeots, ont bravé le froid, le verglas, la neige. Une nuit « blanche » dans tous les sens du terme.

Je vous laisse découvrir au fil de leur récit leur propre expérience, car 5 lignes n’auraient pas suffi pour décrire ce qu’ils ont vécu.  Remercions également les accompagnatrice(eur)s qui les ont portés jusqu’au bout de cette folle aventure.                      ”Courir la nuit, ça n’a rien à voir »

La chouette et le hibou 25/11/17

C’était très chouette 😜une belle brochette de Menneçois au départ et tous avec le sourire 

Merci à tous les bénévoles, on s’est régalé sur le parcours. Des côtes encore des côtes jusqu’au bout de la nuit. Et merci la gamelle de vin chaud et la gentille dame qui m’a réchauffé le corps mais aussi les mains (gelées) 😭malgré la double paire de gants.

La Bretagne un 15 octobre

Et comme il fait toujours beau en Bretagne, on en a eu la preuve avec un bon bain dès le samedi histoire de vivifier les jambes avant de galoper autour de Vannes pour la 19ème édition du marathon. Délicieux  repas de crêpes le midi, un apéro « punch » le soir

Marathon en duo, sauf pour Thierry qui a assuré 2 relais. Feu d’artifice tiré des remparts, 1er départ pris par Christel Isabelle et Thierry qui l’a fait en mode cool , enfin jusqu’à ce qu’il rêve d’ huîtres. Une ambiance au top sur le parcours « As tu peur peur de la mort Jack Sparrow👿🐙 » au détour d’un virage une armée de pirates,  petit combat avec Jack et me voilà répartie. Qq km plus loin pause crêpes et cidre, nous avons longé la baie, magnifique sous le soleil. Un groupe de musiciens sur le port nous improvisons une gavotte de 🏃🏃, second groupe idem au son de l’accordéon. Au 17eme km, la chorale nous attendait. Quand tu n’as plus de souffle, le rock collection de Voulzy au micro chantait par Isabelle et Christel ça te chasse les nuages pour la journée 😄

19ème km passage du relais et c’est reparti avec Phuong Marc et Thierry.je  vole 😃

Le temps de reprendre notre souffle, les supportrices se posent au 34eme km pour les encouragements. Et voilà les 2 gars, où est passé Phuong?

Si rapide qu’on ne l’a pas vu passer au milieu des bateaux. Vite, rejoindre la ligne d’arrivée que l’on passe main dans la main. Un bel esprit d’équipe sans pression du chrono ni de la place.

une journée exceptionnelle sous le signe de la fête, du partage et de la convivialité. Un beau parcours sur les chemins côtiers. Merci

Fin de nos quartiers d’été

dernier entraînement mercredi dans le parc de Villeroy  😥 

Nous prenons mercredi 15 novembre nos quartiers d’hiver sur le stade JJ. Robert (stade de rugby, avenue du Rousset RD153). Cette année on va tourner « carré » sur le parking et autour du stade. En cas de pluie, nous trouverons refuge dans les gradins en faisant qq montées de genoux dans les escaliers, c’est bon pour le cardio. N’oubliez pas vos frontales au cas ou cela est toujours utile.